mercredi 18 mars 2015

Une Jonquille pour Curie

Si vous avez lu cet article ou que vous me connaissez "IRL", vous savez que le cancer m'a volé ma maman à l'âge de 52 ans. Et ce n'est malheureusement pas la seule à avoir été emportée par cette maladie.

Aujourd'hui, je vous propose de faire un petit geste pour aider des personnes qui se lèvent tous les matins avec pour seul objectif de trouver de nouveaux traitements contre le cancer.

Je vous explique...

Truffaut s'est associé à l'Institut Curie pour une opération nommée "Une Jonquille pour Curie".





Pour participer, c'est très très très simple (et ça peut même être rapide):

- Si vous devez aller acheter de quoi jardiner ce week-end, rendez-vous chez Truffaut. Profitez-en pour ajouter dans votre panier un joli cabas illustré par Agatha Ruiz de la Prada (3,50 euros) ou un petit bouquet de Jonquilles (2 euros). Si vous préférez faire un don, sachez que pour 15 euros récoltés, on vous offrira un beau bouquet de 10 Jonquilles pour égayer votre semaine!



Si vous aimez les selfies, vous pourrez faire gagner 1 euro de plus à l'association. Il suffira de le réaliser dans le magasin, une Jonquille à la main et de le partager sur les réseaux sociaux #Truffaut Curie.

- Si vous n'avez pas prévu de jardiner, je vous invite à faire un don par ici, ou au téléphone en composant le 3220 (code "CURIE", appel GRATUIT depuis un poste fixe). Vous pouvez aussi vous rendre sur la boutique en ligne de l'opération pour y trouver des idées cadeaux.

Si chacun de mes lecteurs donne ne serait-ce qu'un tout petit euro, je serais la plus heureuse des girafes.

Dans ce genre de lutte, chaque pièce compte, chaque action compte. Vous avez tous et toutes un grand rôle à jouer.




Je compte sur vous. L'opération dure du 16 au 21 mars.

Merci beaucoup <3

mardi 10 mars 2015

Pas toi

Ce dont je veux me rappeler, c'est de ton rire. C'est de toi, assis juste devant moi en classe. De tes polos Ralph Lauren portés col relevé. De ton costume 5 pièces et ton chapeau de mafieux à la soirée déguisée chez Mimil. De l'Espagne. Du détour pour acheter du rhum et de la menthe. De la panne. Du tramway emprunté sans payer dans une banlieue toute grise de Barcelone. De tes mojitos salades (« on va les manger tes mojitos, pas les boire ! »). De tes pas rythmés sur la piste de danse. De la fierté de toute la classe quand vous avez terminé second au Landwell Award, Delphin, Mimil et toi. De ta nonchalance seulement apparente.

Je veux oublier ce texto d'Alex hier soir. Une très mauvaise nouvelle. Lue sur Facebook. Je n'ai plus de compte, je ne savais pas. Puis la confirmation dans cet article de journal. Putain d'article. Un accident de voiture, une perte de contrôle, un camion, un jeune homme d'une trentaine d'année. Pas une trentaine d'année, 30 ans. 30 balais. La vie devant toi. Tout s'est arrêté samedi soir.

Tu reposeras sur ton île. Si loin de nous. Aucun d'entre nous ne pourra t'accompagner pour ces derniers instants. Mais aujourd'hui je suis sure que chaque MIS pensera très fort à toi. A ton rire. A cette année de Master II si particulière. A toi Pierre-O.

Source